UN DROMADAIRE COMME UN POÈME

Sophia Rzal, c’est le genre de fille avec un très, très grand sourire et des doigts de fée. Oui, de fée, de celles qui avec un peu de poussière d’atmosphère et trois battements d’ailes font s’envoler l’imagination très, très haut dans le ciel. Elle met des dromadaires rêveurs dans des petits écrins de toutes les couleurs, et hop ! C’est toute une histoire qui prend vie. Et qu’elle confie à Vin rouge et corne de gazelle.

 

 

La Dromabox… L’idée est venue suite à un voyage dans le Sud du Maroc, à Chegaga, après avoir rencontré des petites filles à un point d’eau et leur petits jouets de chiffons, dont certains étaient en forme de dromadaires. J’ai été très touchée par cette rencontre et j’ai voulu garder ce souvenir dans une boite et c’est à ce moment là qu’est venue l’idée de créer une série de DomaBox comprenant chacune un bout de rêve, d’histoire.

Chaque dromadaire est fait main, habillé de toutes sortes de choses chinées, chute de tissus, passementerie, vieux boutons de ma grand-mère, bref tout ce qui peut passer par les mains et qui a une histoire… car l’important c’est que la DromaBox raconte un moment, une histoire qui marque.

image

Le Summerlab… C’est la 1ère fois que je participe au Summerlab, on a monté un stand couture avec une amie Hadia, une partie du stand était dédié à la couture à la machine et une autre à la confection de dromadaires customisés. L’idée était de fabriquer une grande DromaBox comprenant tous les dromadaires réalisés par les participants. On a également demandé la collaboration d’un collectif de dessinateurs Brainoil Factory, pour réaliser l’arrière plan de la box sur le thème de Casablanca. Le résultat final était juste génial, une œuvre de partage, une grande joie d’avoir eu la participation de tous. On a été à la fois surpris et ravi de voir autant de gens si différents être aussi intéressés par la couture. Une belle expérience à renouveler !

image

Des émotions… C’est mon âme d’enfant qui s’exprime à travers mes créations, qui y prend tout son sens, il n’y a pas de limite, il suffit de laisser libre court à son imagination. Puis il y a l’esthétique et la marocanité qu’on peut moderniser… on dispose de tellement de matières, de formes et d’arts traditionnels qui peuvent être revisités et rendus pop et kitsch tout en étant jolis. L’esthétique et l’émotion sont les deux sensations recherchées : ça doit nous plaire et nous toucher.

Casablanca… Inspiration définitivement, c’est une ville dingue que je redécouvre depuis que je suis rentrée de mes études, les gens sont fascinants, les bâtisses même « mochement belles », c’est vivant et inspirant. Quand je me balade dans la rue, mes yeux se perdent, je suis submergée de tout… c’est même fatigant parfois !

Patchwork d’inspiration… Bleu, rose et jaune, ce sont mes couleurs du moment, elles me donnent le sourire. J’adore mettre mon tutu rose flashy, j’adore sauter et rire aux éclats. Ma série de livre du moment c’est Muchachas, non seulement j’adore l’écrivaine, Katherine Pancol, mais plus encore le choix des 3 couvertures des livres : orange, bleu et rose. Mamamia, du coup je suis trop contente quand j’ai le bouquin sur les genoux… j’ai mis du temps à assumer ce côté décalé, car les gens sont critiques, surtout à l’enfance et à l’adolescence. Aujourd’hui ce décalage est ma force, c’est bon d’être différent. Je me vois souvent comme une enfant, d’ailleurs je vois les enfants comme de petites personnes, qui nous rappellent à nous adultes, les plaisirs de l’insouciance et la simplicité des rapports des uns envers les autres. 

image

image

image

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *